philosophie
philosophie
rESPECT ET responsabilité

Notre entreprise est une véritable exploitation, que nous avons créée en respectant les raisons profondes qui nous poussent à agir, à bâtir et à renforcer notre avenir dans l’ entreprise, mais surtout en famille. Ni le marketing ni la mode ne changeront nos priorités.
Il existe plusieurs niveaux de responsabilité auxquels nous devons répondre :
La responsabilité vis-à-vis de l'environnement, qui passe par une approche respectueuse dans nos pratiques agricoles, capable de réduire au minimum toute interférence avec la faune et la flore spontanée du vignoble, sans épandage d'engrais chimiques, en limitant radicalement les traitements antiparasitaires et en n'ayant recours qu'à des produits à impact faible ou nul. La responsabilité envers ceux qui cultivent les vignobles toute l'année et ceux qui habitent à côté de nos parcelles : leur santé ne doit pas être mise en danger. La responsabilité envers ceux qui distribuent notre vin, en nous faisant confiance.
La responsabilité envers ceux qui boivent notre vin, convaincus qu'il s'agit d'un aliment sain et intact.
La responsabilité envers nos enfants, à qui nous léguerons tout cela, à qui nous avons le devoir d'apprendre tout cela.

C'est ainsi que nous pouvons vous montrer nos vignobles tels quels car, ici, la biodiversité n'est pas qu'un mot à la mode, c'est un fait : des dizaines d'espèces d'herbes, d'insectes, d'amphibiens, de reptiles, d'oiseaux et de mammifères, mais également de champignons et de bactéries qui vivent dans le sous-sol et constituent l'indicateur le plus fiable de la santé d'un vignoble. Après 24 ans d'enherbement permanent, de recours occasionnel à l'engrais vert et, plus rarement, au fumier, le sol de nos vignobles contient une microflore très active, qui assure un niveau de fertilité idéal et transforme les résidus de culture en humus, capable de retenir l'eau précieuse dont la vigne a besoin pendant l'été, l'irrigation étant interdite dans nos appellations.

Nous n'affichons pas de photos séduisantes de chevaux qui transportent les raisins récoltés ; vous ne nous avez jamais vus à la télé, en train de vendanger au clair de la lune ; nous ne faisons pas étalage de certificats bio, parfois vagues, et nous n'avons pas l'habitude de nous faire prendre en photo en train de faire un câlin à une chèvre ou habillés en bottes en caoutchouc et chemise à carreaux. Cela ne relève pas de notre philosophie. Ce n'est pas ainsi que nous voulons vendre notre vin ; au contraire, nous voulons œuvrer avec transparence, qualité constante et honnêteté.

Si vous avez envie de parler de techniques œnologiques, anciennes ou modernes, nous serons heureux d'en discuter avec vous, mais nous n'allons pas nous en servir comme de simples outils marketing. Nous utilisons les sulfites de manière prudente, grâce aussi à des équipements qui les dosent avec précision directement dans la bouteille, nous permettant d'en réduire la teneur totale selon les vins entre 30 et 100 ppm, c’est-à-dire entre 15 et 55 % du niveau maximum admis par la loi. Si vous considérez que les levures en produisent spontanément entre 15 et 60 ppm, un vin sans ajout de sulfites pourrait en contenir plus qu'un vin conventionnel, alors que, dans le même but de préserver le produit, on ajoute souvent dans les vins « naturels » des substances qui sont tout sauf naturelles. Ce n'est pas une technique particulière qui fait la salubrité d'un vin, mais la volonté du chef de cave de l'appliquer de manière raisonnée.

Dans le même souci de transparence, non n'ajustons pas le vin avant la mise en bouteille par des doses massives de tannins, moûts concentrés ou gomme arabique.